CMF

La pratique musicale amateur a un but historique : rendre accessible l'écoute et la formation musicale au plus grand nombre.

Au début du 19ème siècle, la musique se démocratise, s'installe progressivement et devient plus populaire. Des associations de musiciens se multiplient alors sur le territoire national. Wilhem, musicien et enseignant, en prenant ses fonctions de professeur en 1819, sera l’un des instigateurs du développement d'une organisation confédérale. En 1833, avec l’arrivée de Louis Philippe au pouvoir, Wilhem réussit à intégrer pour la première fois la musique dans les programmes de l’enseignement.

​Il sera aussi à l’origine de nombreuses manifestations groupant plusieurs écoles pour constituer ce que l’on appellera désormais « l’Orphéon ». Par la suite, commenceront à se créer, des sociétés musicales.

Plus que jamais, la Confédération Musicale de France dynamise à travers ses 24 fédérations régionales et leurs fédérations départementales, les quelques 6000 sociétés faisant évoluer près de 700 000 musiciens dans des géométries d'orchestres très variés : orchestres d'harmonie, orchestres symphoniques, big-bands, brass-band, orchestres de fanfares, batteries-fanfares, orchestres à plectres, orchestres d'accordéons, ensemble de musique de chambre, classes d'orchestres et ensembles instrumentaux divers... Cette structure décentralisée permet à la CMF d'être proche des associations musicales dans ses actions afin de répondre au mieux à leurs attentes.

www.cmf-musique.org.